Réflexions aléatoires

L’écrivain engagé

https://www.streetpress.com/sujet/1487001461-manifeste-pour-un-journalisme-engage
source: street vox

Quand j’ai commencé à me pencher plus sérieusement sur la promotion de mes romans quelques années plus tôt, j’ai réalisé l’intérêt des lecteurs pour les romans dits engagés. Un jour, une traductrice qui travaillait sur mon texte m’a surprise par son interprétation de mon texte qui différait de mes objectifs de départ.  Mais, hé, le roman n’appartient plus à l’auteur une fois entre les mains des lecteurs. Je l’ignorais alors à l’époque. On me posait toutes sortes de questions lors de mes sorties littéraires sur ma première nouvelle: « le désir d’émancipation de mon personnage », « l’oppression de son fiancé », etc. J’étais décontenancée, car , je gardais en tête le thème principal: « l’origine du désir de meurtre ».

Ça ne s’est pas arrêté là. En proposant de me produire dans des cafés ou des écoles ou pendant des discussions, je voyais très vite l’intérêt de mon interlocuteur mourir dans ses yeux quand je focalisais sur la partie romantique de ma première nouvelle. Il détournait alors le regard et la discussion était terminée. Ne comprenant pas bien la raison d’un tel désintérêt, j’ai fait mes recherches en regardant les interviews d’autres auteurs. Youtube a été une banque de données très utile. C’est à peu près à ce moment-là que j’ai découvert Chimamanda Ngozie Adichie et sa très célèbre présentation, prononcée lors d’un Ted Talks, intitulée « The danger of a single story ». J’étais transportée. Son message était profond. Elle abordait les questions de racisme, elle évoquait la guerre du Biafra au Nigéria. J’aimais beaucoup son expression et son engagement. Ce qui me frappa aussi c’était sa faculté à défendre l’idée d’aborder des thèmes qu’elles voulaient dans ses romans. Son roman Americanah avait pour intrigue secondaire une histoire d’amour. J’ai adoré voir la manière subtile qu’elle avait de présenter ce thème avec fierté dans ses interviews. C’était son oeuvre et personne ne viendrait diminuer ses efforts. Elle arrivait à intellectualiser des thèmes tels que le make-up, la féminité, et, de fil en aiguille, elle a sorti un manifeste, « We should all be feminist ». C’était une lettre adressée à une amie qui lui demandait des conseils pour élever sa fille. Mais Chimamanda N. Adichie n’est pas le seul auteur que j’ai rencontré sur mon chemin du savoir.

Chimamanda-hero-med
Source: Chimamanda.com

J’ai découvert Grada Kilomba, qui est une auteure portugaise. Elle aborde entre autres choses de la question du racisme. J’avoue que, vivant à cette époque en Allemagne, j’étais sensible au sujet. Je voulais raconter mon histoire, et l’expérience d’autres Noirs.

Grada Kilomba
Source: iffr.com

Les questions d’immigration m’intéressant aussi, j’ai lu le « Ventre de l’atlantique » publié par Fatou Diome et j’en fus saisie. Moi aussi, je voulais écrire sur des sujets profonds. Pourquoi devrais-je perdre mon temps à parler de choses futiles? Après tout, j’étais africaine et je devais aider le continent à avancer. Je me suis donc engagée dans un groupe de panafricains et j’y ai beaucoup appris sur ma culture, sur l’oppression et sur sa résilience. J’étais fière d’être Noire. Cette expérience m’a ouvert les yeux sur ma faÇon de vivre en Allemagne, sur mon intégration et sur mon engagement en tant qu’auteure. Malheureusement, ou heureusement, d’autres lectures de la situation ont élargi mon horizon.

Heureusement, j’ai continué à grandir et j’ai poussé la réflexion. Il faut savoir que je lis beaucoup les livres traitant du développement personnel. Ils m’ont permis d’avoir une autre vision du monde et, de garder à l’esprit que se concentrer sur le problème ne le résoud pas. Il fallait proposer des solutions. En tant qu’auteure, quelles solutions pouvais-je apporter? Ne devais-je plus évoquer les questions de discrimination, d’immigration, et des difficultés d’intégration des étrangers en Allemagne? Je n’ai toujours pas répondu à cette question, mais, j’ai appris que la représentation des Noirs dans les livres est importante. Dans les médias, on a tendance à nous présenter sous un mauvais jour, ce qui fait que bien des gens  nous voient généralement sous ce mauvais jour. Ou, encore, l’Afrique est considérée comme un ensemble. Pourtant, il y a des Noirs qui vivent au Cameroun, en Éthiopie, au Sénégal, au Gabon, au Nigéria, au Bénin, au Ghana, en Allemagne, en France. Ce sont des personnes comme les autres qui ont une famille, des amis, qui vivent en ville ou au village, qui vont dans des écoles privées, publiques ou à l’école sous l’arbre. Ce sont des personnes qui ont des histoires et des chagrins d’amour. Les Noirs connaissent tous ces types d’expérience et ce sont exactement ces expériences que je pouvais, en tant qu’écrivain représenter dans les livres.

L’engagement de l’écrivain semblait toutefois se limiter à l’écrivain noir. J’ai vite découvert qu’on attendait pas forcément des écrivains francais, américains, etc, qu’ils soient engagés. On concevait aisément qu’ils parlent de fleurs, de la nature, de leur histoire d’amour et Ça ne dérangerait personne. Non, personne. Je pense que je caricature un peu, je suis peut-être ignorante. En réfléchissant, je me dis que je venais de découvrir les différents genres littéraires: romantiques, fantastiques, merveilleux, etc. Toutes ces expériences ont fait de moi l’auteure que je suis, qui sais qu’elle est libre de traiter de toutes les questions auxquelles elle est sensible mais, qui doit rester encrée dans la réalité de son temps. S’il y a des problèmes, je peux en parler sur mes réseaux sociaux, dans un podcast ou dans une nouvelle.

liberté
Source: atlantico.fr

Voilà, que pensez-vous de la question de l’engagement de l’auteur? Vous vous êtes aussi posé la même question?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s