Donner son manuscrit à relire à des lecteurs-bêta : le mode d’emploi

Source: pixabay

Salut cher lecteur/lectrice, dans cet article, je te donne quelques astuces à suivre si tu veux obtenir le meilleur de tes lecteurs/lectrices bêta.

Tu as fini d’écrire ton manuscrit et tu décides de te tourner vers des ami.e.s et/ ou les membres de ta famille pour qu’ils te donnent leur avis et des critiques conséquentes sur ton œuvre. Si tu veux obtenir des avis critiques, je te propose quelques astuces pour t’assurer que ton objectif soit atteint.

Bien choisir ses lecteurs/lectrices bêta

Bien choisir ses lecteurs/lectrices bêta est crucial pour la réussite de cette phase de la relecture de ton manuscrit. Pour ce faire, les membres de ta famille et ou tes ami.e.s doivent être sélectionné.e.s avec la plus grande prudence.

Mais comment s’assurer que le profil de ton lecteur/ta lectrice bêta est idéal ? Si elle appartient à votre cible (sexe, tranche d’âge, statut sociale, etc.) alors, le premier critère est acquis. Pourquoi est-il important de choisir un lecteur/une lectrice qui correspond au profil de votre lecteur/lectrice-cible ? Supposez que vous écriviez un roman romantique et que vous le soumettiez à une personne qui adore lire des livres d’action et détestent les œuvres romantiques. Comment pensez-vous qu’elle réagira ? Ceci peut affecter la durée de relecture du manuscrit qui peut dépasser les délais. Cette personne peut aussi ne pas apprécier votre travail à sa juste valeur. De plus, s’assurer de la disponibilité de ses relecteurs est primordial comme nous le verrons dans le point suivant.

S’assurer de la disponibilité des lecteurs/lectrices bêta

Source: pixabay

Vous avez passé une annonce publique sur Facebook sollicitant des lecteurs potentiels, contacté des ami.e.s, cousin.e.s et autres vi WhatsApp. Vous obtenez des réponses positives et c’est très bien. Cependant, certaines personnes vous sentent dans le besoin et se croient peut-être contraintes de vous proposer leur aide sans penser à leur flexibilité horaire. Elles veulent vous aider parce que vous êtes ami.e.s (c’est formidable d’avoir de telles personnes à ses côtés). À ce stade-ci, assurez-vous de la disponibilité de vos volontaires tout en leur précisant l’importance du projet. S’ils ne peuvent pas relire votre roman, il vaudrait mieux qu’ils s’abstiennent.

Énoncer clairement ses attentes

Cette partie est une continuation du point précédent. L’année dernière, j’ai eu la chance de relire le manuscrit d’une auteure qui avait donné des instructions claires. Non seulement elle avait pointé du doigt ses besoins mais aussi le délai dans lequel la relecture se ferait. J’ai été impressionnée et c’est depuis ce jour-là que j’ai décidé d’adopter la même stratégie que je trouve efficace. Cette année, j’ai d’ailleurs appliqué la même méthode.

Pour vous assurer de l’objectivité des critiques de vos lecteurs/lectrices bêta, n’hésitez donc surtout pas à énoncer vos attentes noir sur blanc. Il y a sûrement des points précis que vous voulez revoir : la cohérence du récit, d’un personnage.

Donner un délai de lecture suffisamment long

Source: pixabay

Ecrire un roman est difficile et fastidieux. Ça demande du temps. Il en va de même pour la relecture d’un roman. Les relecteurs et les relectrices ont besoin d’une marge de temps suffisante pour lire votre manuscrit avec attention et prêter attention aux points qui vous intéressent.

N’hésitez donc pas à leur donner trois mois pour cela. La marge de temps ne doit pas non plus être trop longue de peur que la procrastination s’installe. En effet, certaines personnes pourront repousser la relecture de votre manuscrit à plus tard, ne comprenant pas la pertinence du délai que vous leur avez donné. N’hésitez pas à leur signifier la raison pour laquelle ils disposent de deux, trois, ou quatre mois pour relire votre manuscrit.

Relancer ses lecteurs assez régulièrement

Source: pixabay

Maintenant que le manuscrit est soumis aux lecteurs/lectrices bêta et qu’ils connaissent vos attentes, ils peuvent se mettre au travail. Normalement, à ce stade-ci, certain.e.s auteur.e.s attendraient tranquillement la fin du délai et la réception des corrections. Je vous recommande chaudement de les relancer régulièrement pour savoir comment la lecture avance. Vous pouvez le faire à la fin de chaque mois. Ne leur posez surtout pas la question chaque semaine car vous risqueriez de les agacer. Agacés, ils pourraient renoncer à vous aider, ou pire, vous pourriez vous châmailler. Soyez présents sans être agaçant.

Leur donner une récompense

Source: pixabay

Tout travail mérite salaire, en principe. Dans ce cas de figure, tout dépend de votre arrangement. Mais vous pouvez avoir recours à la méthode utilisée lors des financements participatifs qui consiste à récompenser les donateurs selon leur degré d’engagement. Les enjeux étant différents ici, choisissez comment récompenser vos volontaires. L’avantage ? L’idée de travailler en sachant qu’on obtiendra quelque chose en retour est gratifiante et ça peut motiver les relecteurs/relectrices à s’investir un peu plus dans votre projet. Vous pouvez, par exemple, leur adresser une dédicace ou leur offrir un exemplaire gratuit du livre à paraître. Si vous voulez plus d’idées, lisez mon article Des idées de récompenses pour vos lecteurs bêta.

Un seul document pour tous les lecteurs/lectrices bêta ?

Cette année, au moment d’envoyer mon manuscrit à mes trois lecteurs bêta, je pensais envoyer un document Word à chacun mais je m’y suis résignée. Pourquoi ? Je l’ai d’abprd fait pour me faciliter la tâche. Je ne m’imaginais pas jongler entre trois documents, ç’aurait été pénible. J’ai donc décidé d’utiliser Google docs et de leur rendre le document accessible.

Ensuite, pour garder le contrôle sur mon manuscrit. Avec Google doc, je sais exactement où se trouve mon manuscrit et ce qui se passe avec. Je peux limiter la marge de manœuvre des lecteurs bêta (lecture unique, impossible de télécharger le manuscrit ou de le partager avec un tiers). Aussi, je peux savoir qui travaille sur le document si j’y suis au même moment que l’un d’entre eux.

Voilà nous sommes arrivés à la fin de cet article. J’espère qu’un point vous sera au moins utile.

N’hésitez pas à laisser en commentaire celles que vous utilisez si elles ne figurent pas sur notre liste.

Auteur : Muriel Mben

Je m'appelle Muriel Mben. Je suis auteure de La dernière pluie (2013), The unruly passenger (2015) et du roman Un bond dans l'inconnu (2016). J'ai commencé ce blog parce qu'écrire fait partie de mon ADN et mon rêve est de devenir une auteure à succès. Ce blog me permet donc de devenir meilleure. Je partage avec vous les astuces que j'apprends. Ce blog me permettra aussi de me définir comme experte dans un futur très proche. Je suis disponible à l'adresse mail suivante: lafabriqdesmots@gmail.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s