Je donne mon manuscrit à corriger à un ami: une fausse bonne idée?

J’ai pratiquement dédié toute une série aux relecteurs bêta. Les précédents articles portaient sur Donner son manuscrit à relire à des lecteurs bêta et Des idées de récompenses pour vos lecteurs bêta. Après avoir évoqué ces sujets, je pense qu’il y a des informations que vous aimeriez avoir avant de choisir vos relecteurs et relectrices parmi vos proches. Ils sont formidables et nous les remercions de leur soutien donc, si vous êtes un relecteur, ne vous sentez pas visé. Les informations contenues dans cet article sont écrites à titre informatif pour les auteurs afin qu’ils sachent comment ajuster leur demande.

Vous ne pourrez toujours pas contrôler l’avancée du travail des relecteurs

Dans mon article Donner son manuscrit à relire à des lecteurs bêta, je parlais de la possibilité de contrôler le travail des lecteurs bêta. Vous pouvez leur permettre de travailler sur un document commun disponible sur google docs, vous pouvez leur donner des instructions bien précises mais la vérité est que ce n’est pas leur métier et ils le font juste pour vous aider. Donc, la rigueur que vous attendez d’eux ne sera pas toujours au rendez-vous. Après tout, la vie continue. Espérez simplement que la relecture se fasse dans les délais. Mais dites- vous bien qu’ils sont les seuls à décider quand ils commencent la relecture si vous leur avez donné un délai de trois mois à six mois. Certains commenceront au deuxième mois. De mon côté, je pense qu’une communication régulière avec ses relecteurs peut être une stratégie efficace. Ceci peut les motiver à s’y mettre tout de suite et à garder un rythme de lecture assidu.

Manque de disponibilité pour le feedback

Cette année, j’ai envoyé un manuscrit à relire. Je l’ai partagé avec mes lecteurs bêta sur Google doc. Je me suis assurée d’y ajouter les instructions et d’attirer leur attention dessus. J’étais claire sur le fait que je voulais un certain type de retour. Malheureusement, quand ils ont fini de relire le manuscrit, j’ai réalisé que j’avais oublié quelque chose. En fait, certains retours me revenaient sur WhatsApp, c’était un résumé des impressions sur certains personnages et sur le manuscrit en général. Or, je m’attendais à ce que les remarques soient écrites sur le document Google doc. Ce que j’aurais pu faire différemment ? Eh bien, leur dire au départ d’utiliser Google doc pour toute remarque. Ne partez jamais du principe que tout est évident. La communication est la base d’un travail réussi. Ensuite, j’aurais dû laisser des espaces après chaque ligne d’instruction qui auraient été utiles pour chaque point relevé.

J’insiste dessus parce que les évaluations générales ne seront pas toujours très utiles. Un de mes relecteurs m’a par exemple stipulé un manque de cohérence à certains endroits. Lesquels ? Je lui ai prié de les souligner dans le manuscrit et il s’est excusé à cause d’un problème de disponibilité. Il le ferait quand il aurait du temps. Trois mois se sont écoulés et j’attends encore.

En résumé, communiquez clairement vos attentes et ajuster votre méthodologie à mesure que vous avancez.

Le manque d’objectivité

« J’ai adoré ton manuscrit ».

Cette remarque fait plaisir mais elle ne vous permet pas d’ajuster les erreurs dans votre manuscrit. Malheureusement, nos proches, en relisant notre manuscrit ont un capital sympathie énorme et ils ne veulent pas nous blesser. Ainsi, votre proximité risquerait de compromettre leur objectivité.

Afin d’éviter cela, n’hésitez pas à leur communiquer exactement vos attentes avant le début du travail. Quand vous les relancez mensuellement, réitérez vos attentes, parlez des difficultés qu’ils rencontreraient. Bref, communiquez avec eux.

Le manque de précision

Je distingue la précision de l’objectivité. Reprenons l’exemple ci-haut. Un lecteur revient vers vous à la fin de son travail et signale un manque de cohérence à plusieurs endroits. Son travail est objectif parce que cette personne ne s’est pas contentée de vous jeter des fleurs. Par contre, vous ignorez à quel passage du roman il fait référence.

Au risque de me répéter, signalez leur qu’ils peuvent marquer le texte avec des remarques. Dans vos instructions, laissez des espaces pour écrire. Dites-leur que ce manuscrit, c’est aussi le leur, ils en sont les cocréateurs et cocréatrices, ce qui est vrai. Les avancées dépendront de leurs remarques.

Votre manuscrit ne sera pas toujours leur priorité

Vos proches sont des bénévoles et pas des professionnels. Ils ont sûrement un travail, une vie sociale et familiale, etc. À moins qu’ils ne soient des lecteurs passionnés, votre manuscrit ne figurera pas en tête de leur to-do liste. Ils grignoteront du temps ici et là dans leur journée pour avancer dans la lecture, sans plus. Mais, ne désespérez pas. En effet, étant donné qu’ils ont pris un engagement, soyez rassuré qu’ils s’évertueront à vous satisfaire c’est-à-dire en vous remettant vos évaluations dans les délais. A part les check-up mensuels, évitez de les stresser parce que vous êtes stressé.

Le stress

Ah, le stress! Si vous travaillez sur un seul projet littéraire et si vous n’avez rien d’autre à faire, il se peut que le stress vous gagne. Vous vous demanderez sans doute si la relecture avance bien, s’ils ont compris vos indulgences, si et si. Il y aura aussi le stress que les évaluations n’arrivent jamais. Vous craignez alors que les lecteurs/lectrices volontaires abandonnent en cours de chemin. Encore une fois, utilisez la communication pour les sonder. L’impatience est la sœur du stress. Vous vous demanderez probablement si c’était une bonne idée de leur donner une marge de temps aussi généreuse pour relire le manuscrit.

C’est toujours une bonne idée que les lecteurs bêta disposent d’assez de temps. Comme il a déjà été mentionné ci-haut, ils ont une vie et relire un manuscrit pour le plaisir prend moins de temps qu’une lecture orientée.

Si vous voulez éviter le stress, détournez votre attention en travaillant sur un autre projet.

Et si vous vous adressiez à un professionnel ?

Si après tout ça vous vous demandiez si c’est toujours une bonne idée de confier son manuscrit à ses proches, vous avez la possibilité de vous tourner vers des relecteurs professionnels. Vous les trouverez en ligne en faisant une recherche Google. Vous pouvez aussi demander à vos collègues auteurs. Même si vous engagez un professionnel, n’oubliez pas de leur communiquer vos attentes.

Nous sommes arrivés à la fin de cet article. Quelle a été votre expérience avec les lecteurs/et les lectrices bêta ?

P.S: le masculin a été utilisé pour faciliter la lecture du texte.

Auteur : Muriel Mben

Je m'appelle Muriel Mben. Je suis auteure de La dernière pluie (2013), The unruly passenger (2015) et du roman Un bond dans l'inconnu (2016). J'ai commencé ce blog parce qu'écrire fait partie de mon ADN et mon rêve est de devenir une auteure à succès. Ce blog me permet donc de devenir meilleure. Je partage avec vous les astuces que j'apprends. Ce blog me permettra aussi de me définir comme experte dans un futur très proche. Je suis disponible à l'adresse mail suivante: lafabriqdesmots@gmail.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s